Destination Anywhere [PV Miss Hélium]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Destination Anywhere [PV Miss Hélium]

Message par Heine .R le Jeu 8 Oct - 19:28

    Rasant les devantures des magasins, ombre des ombres, Heine se déplaçait discrètement. Autrement dit, il avançait en observant les alentours, à une allure lente et légère, son uniforme de postier, d'un gris miteux, le faisant disparaitre entre les murs de béton et de verre. Il n'était encore jamais venu au centre de la ville. Son secteur d'adresse se situant aux extrémités de la Ceinture, jamais il n'aurait du se trouver ici. Seulement voilà, il y était.

    Pour résumer, chaque matin, les Trieurs postiers laissaient un sac de toile pleins d'enveloppes sur sa table. Il l'ouvrait, vérifait rapidement qu'elles étaients bien fermées - avec les Trieurs on ne sait jamais - et le jeune rouquin avait commencé sa journée, comme toute les autres. Aucun message de la Résistance ne devait transiter aujourd'hui. Il prit donc son temps pour distribuer son chargement. Et il était tombé sur ça. La raison pour laquelle il se tenait actuellement entre les buildings du centre économique d'Eisengart. Une lettre d'une blancheur immaculée, dont le nom du destinataire était écrit à la plume, en une calligraphie très sophistiquée. Certainement pas ce qu'il était censé dispacher dans les quartiers pauvres.

    Mais voilà. Heine aimait le travail bien fait. Et il fut pris d'un doute. Après tout, la Résistance avait pu omettre de le prévenir ou ne pas pouvoir, tout simplement. En tout cas, quelle que soit la personne à qui elle était destiné, son boulot était de la lui ammené. Ainsi, il consentit à payer un ticket hors de prix pour ses maigres moyens, sortant dans le Coeur effervescent de la ville, les oreilles agressées par temps de bruit.

    Et il marchait dans les avenues, ne sachant absolument pas où pouvait se trouver l'immeuble en question. Sa voix faisait grève aujourd'hui, il ne pouvait plus parler. Du tout. Parfois, il lui arrivait de rester ainsi pendant plusieurs semaines avant de pouvoir articuler un mot de nouveau. Il s'y était fait à la longue. Mais du coup, il ne pouvait demander son chemin à personne, et craignait... Non, savait, qu'il serait renvoyé à la Ceinture si jamais il accostait un des riches citoyens, avec sa pauvre lettre et sa casquette usée. Ne sachant plus quoi faire, il avançait donc, regardant le nom de chaque rues et ruelles. Se retenant avec peine de ne pas cracher sur les bâtiments reluisant, ses yeux verts brulants de rage envers ses hommes et femmes qui vivaient ainsi, prospère, au détriment des autres. Et à qui les mélodies ne manquaient pas.

    C'est ainsi, plongé dans ses réflections, qu'il butta contre quelqu'un, faisant tomber sa lettre. Destabilisé, il se rattrapa de justesse et receptionna du bout des ongles sa casquette de postier, qui avait manqué faire un bon vole plané. Sachant qu'il valait mieux pour lui ne pas se faire remarquer, il récupéra sa lettre et maudit sa voix de l'avoir lâcher en cet instant. S'il ne s'excusait pas, il pourrait lui arriver des bricoles. Surtout s'il était tombé, sa malchance aidant, sur une personne influente de la ville. Comme de par hasard.
avatar
Heine .R
Poste & Riposte

Messages : 10
Date d'inscription : 18/09/2009

||| LOG |||
Division: Lambdas
Job: Postier
C.V:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destination Anywhere [PV Miss Hélium]

Message par Miss Hélium le Ven 9 Oct - 19:28

Bam bam bamdabam bam bamdabam bam. Depuis quelques temps, la mélodie change quelque peu insensiblement. Le martèlement n'est plus si régulier, il est prit de ratés, comme un moteur en bout de vie. Cela annonce plus souvent une face de fusion complète avec le Son. Bam badababam bam bam. Gare à quiconque se trouvera à côté d'elle au moment de l'Implosion.

Bam bam. Elle ne sait pas ce qu'elle fait, elle ne sait pas où elle va, elle ne sait pas où elle est. Elle est perdue, comme depuis son premier Cri. Sa naissance. Bambadabam. Qui se souviendrait d'un tel instant ? Personne. Elle. Elle s'en souvient parfaitement. Ce fut le seul instant de sa vie où elle ne fut pas hantée par cette mélopée incessante. Un silence total, parfait. Le Rien Auditif, le seul, le vrai, l'unique, le reposant.

Bam bam. Elle devient folle. La tension monte. Le souvenir de ce Silence qu'on lui a ravi à jamais la rende totalement ivre de rage. Elle tape dans un mur, et s'arrache douloureusement la peau. La Douleur lui fait tant de bien. Elle en oublie quelques instants le martèlement. Bambam da bambam. Celui ci reprend. Elle cognerait tout, elle sacrifierai chacun de ses membres, uns à uns, si elle était certaine de faire taire le bruit des tam-tam fantomatiques.

Elle en veut au monde. Elle en veut à sa mère, à cette pauvre conne qui la mise au monde. Elle en veut à ces merdes de Lambdas, junkies de la moindre mélodie, incapables de différencier la Musique d'un Mozart de celle d'un ivrogne tapant sur une boite de conserve. Elle pleure. Les larmes ruissellent sur ses joues. Elle ne peut pas être seule un tout petit instant. Elle n'en peut plus. Pourquoi elle ? Bam badam. Elle hurle. Elle crie. Les gens de la rue la regardent étrangement. La reconnaissent. La fuient. Il sont habitués. Il savent. Il savent que le moindre être l'approchant à cet instant risque d'être passé au tabac. Un tabac sauvage. Rythmé par le bruit de tam-tam qu'elle est la seule à entendre.

Bambambambambambam.

Elle se cogne dans les murs. Elle s'écroule. Elle cogne de nouveau de son poing fermé dans une vitre. La brise. Se blesse. N'a même pas mal. Accueille avec joie la douleur. Quelques gouttes de sang coulent le long de son bras. La Fusion commence. Le Son l'envahit. La noie. Elle ne fait plus qu'un avec Lui. Elle accepte sa supériorité. Elle accède à un certain état de bonheur. La fin de la lutte est si douce, lorsque l'on sait que tout est perdu, que se battre ne sert plus à rien. On se laisse aller. On s'en remet au sort. On ne prend même plus en compte la valeur de sa vie.

Elle se saisit du premier objet qui lui tombe sous sa main. Une planche en bois qui traînait par là. Et elle frappe, elle frappe. Elle montre au monde entier la mélodie qui l'habite. Qu'importe, ces sots ne savent pas entendre. Elle est seule dans un brouhaha silencieux. Elle cogne, cogne, et cogne encore. La mélodie est si belle. Si douce, si puissante, si sauvage.

Bamdabamdabamdadabam. Quelque chose la sort de sa transe. Elle bute contre quelque chose. Elle heurte quelque chose. Elle revient brusquement au monde réel. Un homme. Un gamin. Cheveux roux. Yeux verts. Elle le hait au premier regard. Il lui a ravit ce monde merveilleux où elle cesse de lutter contre le Son. Il doit payer. Il payera. Au centuple. Des milliers d'idées jaillissent de la Mélodie, comme autant de murmures sanguinaires. L'une d'elle est tout particulièrement intéressante. Elle caresse cette idée avec cette délicatesse, avec joie. Elle passe sa langue contre ses lèvres, doucement, lascivement. Elle sourit. Un éclat brille dans ses yeux. Elle lève le bras, et le baisse brusquement. Le morceau de bois frappe violemment l'homme au creux des reins. Elle entend un craquement.

Elle sourit franchement. Elle jouit. La peur, le sang répandu de ce gamin lui procurent un plaisir inouï. Elle jette le morceau de bois. Elle veut sentir la chair crier de douleur sous son poing. Elle lève le bras, plante son regard brûlant de haine dans celui du gamin.

Y voit une émeraude pure.
Est pétrifiée.
avatar
Miss Hélium

Messages : 36
Date d'inscription : 13/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destination Anywhere [PV Miss Hélium]

Message par Heine .R le Jeu 15 Oct - 22:04

Un regard, un sourire, la douleur. Tout était aller vite. Très. Trop. Le temps qu'il réalise quoi que ce soit, il était par terre, le souffle coupé par le coup. Son flanc le déchirait. S'il avait pu, il aurait hurlé en entendant ses côtes craquer. Il ne pouvait pas hurler. Ne fit que pousser un cri muet. Il s'y attendait, mais entre le vivre et le savoir, il y avait un fossé. Très grand. Pas qu'il n'en est pas l'habitude, de là où il venait, c'était normal et courant pour lui. Agresser, se faire agresser, ritournelle sans fin, toujours recommencée. A l'infini. Tout ça pour des sons. Le souffle saccadé, Heine se redressa, tenant toujours sa lettre en main. Hors de question qu'il laisse son fardeau ici. Question d'honneur et de fierté.

Il redressa la tête, le bras enroulé autour de son abdomen qui le lançait atrocement. Un rictus tordu, mi-amusé mi-crispé vint étirer ses lèvres tendit qu'il plantait son regard de glace dans les yeux d'une jeune femme. Elle tenait en main une arme sommaire. Ses doigts crispés sur le bois blanchissant sous la pression. S'apprêtant sûrement à l'abattre de nouveau. Refusant de s'incliner, Heine se contenta d'attendre, son regard implacable vrillé aux prunelles noires qui lui faisaient face.

Peur. Colère. Tristesse. Bien souvent, les trois sont de paire. Comme chez lui. Comme chez elle. Autour d'eux, une sorte de bulle s'était créer. Ils ne voyaient plus l'extérieur. L'extérieur les évitait. Les passants baissaient les yeux en accélérant, les femmes cachaient leurs enfants rondouillards dans leurs jupes outrageusement immaculées. La colère reprit le dessus. Mais se stoppa nette lorsqu'il aperçut le regard terrorisée de la jeune femme. La peur engendrait plus de violence. Justement par ce qu'on était effrayé par ce qui nous faisait face. La brune semblait portée sur la gachette facile, il ne donnait pas chèr de son état après qu'elle aurait appuyé dessus.

Coincé. Ferré. Piégé par la belle mortelle. Le pire, c'est qu'il ne pouvait même pas lui lancer quelques répliques acides avant d'être envoyé dans l'inconscience. Une main crispée sur son flanc, l'autre tenant toujours sa lettre. Il jetta un coup d'oeil au destinataire, devinant le nom au travers des petits tâches pourpres qui m'acculaient l'enveloppe trop blanche. Saleté de Kama. S'il s'en sortait vivant, il porterait sa lettre. Et il s'arrangerait pour voir croupir au fond du fleuve noir le cadavre de ce pantin des autorités. Même si c'était probablement la dernière chose qu'il ferait.

Un sourire macabre et effrayant vint éclairer son visage. Qu'elle vienne donc, il n'attendait que ça. Sombrer dans l'inconscience. Echapper à cette ville gangrené. Echappée libre de l'esprit, chère payée par le corps en lambeaux, mais tellement excitante.
avatar
Heine .R
Poste & Riposte

Messages : 10
Date d'inscription : 18/09/2009

||| LOG |||
Division: Lambdas
Job: Postier
C.V:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destination Anywhere [PV Miss Hélium]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum